Communiqué de presse: Retour du loup en Normandie

Communiqué de presse: Retour du loup en Normandie

Communiqué de presse: Retour du loup en Normandie

Communiqué de presse: Retour du loup en Normandie

okk
0 comments

Depuis la fin de l’année 2019, la rumeur courait que le loup était présent dans la région Normandie. Suivant le phénomène de dispersion décrit par les spécialistes, Canis Lupus avait été observé dans la Somme en 2017, et un individu était photographié en août 2019 en Eure-et-Loir, à quelques kilomètres de la région normande. Certaines observations, font valoir qu’un individu est présent depuis la fin de l’année 2019 dans le pays de Bray. C’est en tout cas ce que l’Office Français de la Biodiversité semble accréditer.


FNE Normandie se réjouit du retour du grand carnivore dans la région. La présence du loup, par son statut de super-prédateur est une bonne nouvelle pour la biodiversité normande. Dans la mesure où les conditions biologiques le permettent, sa présence est légitime en Normandie.
La présence de cet individu dans le pays de Bray ne signifie pas que le loup est de retour durablement en Normandie. Selon les critères de l’OFB, il faut deux ans d’indices de présences pour définir un espace comme zones de présence permanente pour le loup. N’ayant détecté qu’un individu pour le moment à la jonction de deux couloirs de dispersion de l’espèce (depuis la Belgique, et du centre de la France), la Normandie est encore loin de retrouver la densité des meutes qu’elle pouvait avoir dans le passé.


Le loup est une espèce protégée en France, inscrite sur la liste rouge des espèces menacées dans la convention de Berne, ainsi que dans la directive faune-flore de l’union européenne. A ce titre il est impératif de protéger cette espèce fleuron de la biodiversité et de lui donner les conditions d’une implantation durable en territoire normand.


28 ans après le retour du loup en France, l’espèce poursuit sa progression dans le pays. A nous de travailler ensemble et dans le dialogue avec toutes les parties prenantes pour permettre de l’accueillir en pensant d’ores et déjà à une cohabitation la plus paisible possible entre lui et les activités humaines.


FNE Normandie