Communiqué de presse de FNE Normandie

Communiqué de presse de FNE Normandie

Communiqué de presse de FNE Normandie

Communiqué de presse de FNE Normandie

Logo FNEN
0 comments

FNE Normandie réagit au projet d'arrêté préfectoral de régulation du renard par chaque lieutenant de louveterie entre février et mai 2020. 

http://www.seine-maritime.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement-et-prevention-des-risques/Chasse/Projets-d-arretes/Projet-d-arrete-prefectoral-de-regulation-du-renard

L’acharnement sur le renard n’a pas de sens.

Le renard joue un rôle majeur dans les écosystèmes, notamment dans la régulation des populations des petits rongeurs. La nuisance de ces derniers étant avérée dans la destruction des  récoltes, maître Goupil est donc un précieux allié des paysans. Il préserve l’équilibre fragile entre prédateurs et proies.

Le renard joue aussi un rôle sanitaire en participant à l’élimination des animaux malades et des cadavres, évitant ainsi la propagation d’épidémies. Il freine ainsi l’expansion de la maladie de Lyme ( tiques transportés par les rongeurs) De plus, une étude publiée sur le site de The Royal Society en date du 19 juillet 2017[1]  établit un lien bénéfique entre l'activité des prédateurs de rongeurs et la densité de nymphes de tiques vectrices d'infections dont la maladie de Lyme qui peut avoir de très graves conséquences chez l’homme et tend à se développer sur l’ensemble du territoire français. Une enquête de science participative[2] en Seine Maritime révèle que de nombreuses personnes (dont beaucoup de chasseurs) sont piqués par des tiques dans ce département tous les ans, en détruisant d’avantage de renards, les chasseurs augmentent eux-mêmes leur risque santé 

Par la dissémination de diverses graines d’essences d’arbres par ses déjections, le renard participe aussi à la diversité biologique végétale.   En tant que prédateur situé en haut de la chaine alimentaire, le renard se régule en grande partie lui-même  selon sa densité territoriale et la nourriture disponible. Toute surmortalité, par la chasse notamment, stimule la recolonisation (on en a eu la triste preuve par la progression de la rage en France, en dépit de l’élimination outrancière. On en est aujourd’hui heureusement à la vaccination.  La justification sanitaire de cet arrêté ne marche pas non plus. L’échinococcose existe depuis longtemps et les précautions alimentaires  de base sont connues (ne pas manger de fruits crus cueillis près du sol)  alors que la leptospirose, moins connue  est  très courante chez les rats et ragondins (1/3 des populations de ragondins  reconnues contaminées dans le Calvados) et peut être transmise par simple contact même sur des mains saines.

 Les populations sont très mal estimées. Leur évaluation par les captures  (piégeage et  tir) est fortement biaisée car très dépendante de l’intensité de  cette chasse. L’autorisation des tirs de nuits l’année passée,  a ainsi forcément augmenté la destruction, sans  lien établi avec la dynamique naturelle des populations.  FNE Normandie demande à ce que des évaluations par comptage à vue de nuit soient réalisées (de la même façon que pour les comptages du lièvre).

L’affichage des dégâts est tout autant biaisé et instrumentalisé  pour justifier l’éradication. Ils ne font l’objet d’aucun recensement pluriannuel ni évaluation en lien avec l’état réel des populations.  La protection des élevages par clôture électrique est très efficace (encore faut-il  qu’elle fonctionne…) , la fermeture effective des poulaillers la nuit l’est tout autant.

Si cet arrêté est validé, 850 renards seront tués en toute ignorance de l’état de leur population.

Le renard est déjà une espèce chassable et piégeable toute l’année, ce qui est insensé, non justifié et inacceptable. Il ne faut pas alourdir la destruction mais l’alléger et réhabiliter le renard, dans son rôle majeur dans la protection de la nature.

FNE- Normandie est  totalement opposée à cette mauvaise gestion.

 

Contribution de Claudine Joly, Gilles Euzenat et Richard Grege pour FNE Normandie

[1] https://www.sciencesetavenir.fr/sante/les-renards-une-arme-efficace-contre-la-maladie-de-lyme_115320

[2] https://www.citique.fr/